PHOTO PAVESE

Pour faire sa conquête, l’Italien aborde des sujets sensibles et surtout fondateurs. Il a travaillé sur sa thèse sur l’écrivain italien Cesare Pavese et parler de Pavese, c’est parler de lui. Cesare Pavese naît le 9 septembre 1908 à Santo Stefano Belbo, dans la région la plus sauvage du Piémont, les vastes collines des Langhe. A six ans, Pavese devient orphelin de père. Il est élevé par une mère seule, autoritaire et puritaine. On peut ainsi comprendre l’origine de la blessure irréparable, due à cette absence d’un modèle viril et l’influence exclusive de la femme, qui marqua la vie de Cesare Pavese. Il fait toutes ses études à Turin. Ses premières œuvres sont une thèse sur Walt Whitman (en 1930) et une traduction, tout de suite considérée comme exceptionnelle, de Moby Dick (1932), le livre de Melville. Pavese n’est pas inscrit au parti fasciste et n’aime pas l’enseignement. Il enseigne pourtant de façon très irrégulière l’italien, le latin, la philosophie, et obtient, en 1936, le titre de professeur d’anglais. Sa passion est la traduction, ce qui lui permet d’accumuler une expérience critique qui se manifeste dès 1930 par sa collaboration à la revue « la Cultura » (ses articles ont été réunis, après sa mort, en 1951, sous le titre : « La littérature américaine et autres essais »).

En 1936, Pavese publie chez Solaria son premier recueil de poèmes : Lavorare stanca (Travailler fatigue), de la poésie narrative qui passe inaperçue avant d’être redécouvert en 1943 et admiré. Arrêté  pour antifascisme (alors qu’il avait adhéré au parti), il est envoyé à Bancaleone, en Calabre, en résidence forcée.

La crise psychologique et artistique de Pavese, qui le pousse au concret et au spontané, date de son séjour forcé en Calabre. Cette période est pour lui une époque de méditations sur son métier et le début de la rédaction de son Journal. A peine de retour à Turin, il fonde avec Leone Ginzburg les éditions Einaudi qu’il va ensuite diriger. Au début des années 1940, Pavese écrit de nombreuses nouvelles, « simple recherche de style » (La spiaggia), ou mélange de narration et de méditation sur des thèmes de la mystique de l’enfance (Feria d’agosto).Lors des vingt mois de guerre qui suivent l’armistice du 8 septembre 1943, Cesare Pavese se retire à Serralunga di Cera, en Lombardie, où il se livre à des méditations solitaires.

Après la libération, Pavese vit à Rome, puis à Milan, et revient à Turin mais sans jamais cesser de travailler pour la maison Einaudi. Tout en poursuivant son travail d’éditeur, il reprend ses études littéraires sur des thèmes longtemps médités : la campagne, dans son état primitif et sauvage, la banlieue, le Piémont des collines, le monde des paysans et des ouvriers, celui des bourgeois et des mondains où il se mouvait avec moins de sûreté, la tristesse des vies ratées, des espoirs déçus, et la cruauté de la mort. 

PAVESE A BRANCALEONE

 De 1945 à 1950, le travail créateur de l’auteur ne connait aucun répit avec : La Terre et la Mort ; Viendra la mort et elle aura tes yeux ; Dialogues avec Leuco’ ; Le Camarade ; Avant que le coq chante qui comprend La Maison sur la collineLa prisonLe bel étéLe diable sur les collines et Entre femmes seules, roman dans lequel vit le plus réel de ses personnages féminins, Clélia.

A l’automne de 1949, Pavese écrivit en deux mois La Lune et les Feux, souvenir de l’enfance et du monde, son chef-d’œuvre. Pavese est alors certain d’avoir clos son œuvre, d’avoir écrit une « saga complète », d’avoir mis fin au cycle historique de son temps. Et son Journal, publié en 1952 sous le titre : Le Métier de vivre, qui montre bien que Pavese était obsédé par le suicide depuis l'âge de 15 ans, porte à la date du 18 août 1950, cette ultime phrase : « Plus un mot. Un geste. Je n’écrirai plus. »

L’écrivain se donne la mort, le 26 août 1950 au soir dans un hôtel, à Turin. Reconnu pour son œuvre (il venait d’obtenir le prix Strega), amoureux d’une femme nouvelle qui lui a fait oublier l’actrice américaine qu’il a aimé en vain, il ne résiste plus à ses démons.