09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Un choc d'enfance.

  Lilli Aix en Provence. Juin 1983. Juin 1984. Aix. Lydiane roule vite et Nicolas est ému. Emu car content. L’école marseillaise lui a pesé sans qu’il l’ait jamais dit et retourner à Aix, c’est renouer avec les premiers mois de sa vie, quand il était naissant et que Gianni aimait sa mère. Les parents Garsenti ont vendu leur bar-tabac qui leur a fait gagner pas mal d’argent car Bernard est fragile du cœur. Ils tiennent un salon de thé qui ferme à dix-huit heures et vivent maintenant dans une jolie maison près du cours... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Une émission sur Irène et Lilli...

  Une femme entre deux âges vient d’apparaître à l’écran. Son visage n’est ni jeune ni vieux. Il n’est pas particulièrement marqué mais il en émane une tristesse profonde et diffuse. Elle porte un tailleur gris, un chemisier clair et elle a un serre-tête recouvert de velours dans les cheveux. Elle parle et Nicolas est suffoqué. Je m’appelle Anna Becker par mon père et Isserman, par ma mère. Vous me demandez de parler des enfants cachés, de ceux qui ont échappé aux persécutions grâce à l’intervention de Justes qui se sont... [Lire la suite]
09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Une émission sur Lilli Page, celle qui se cachait...

Nicolas, dix ans, regarde une émission sur les enfants de déportés. Y parle une femme étrange dont le pseudonyme, pendant la guerre, était Lilli Page. On la voit jeune fille en Angleterre, au côté d’Andrew Beardsley, son « tuteur ». Puis on revient à la toute petite fille du début et à la fillette trop sérieuse de l’après-guerre. Cette période-là a été délicate pour lui comme pour moi. Celui qui est devenu mon tuteur menait une vie de célibataire endurci. C’était un intellectuel, un érudit. Il avait enseigné la... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Une émission sur la déportation. Le visage de Lilli Page.

Nicolas a dix ans. Avec son grand-père, il voit une émission sur les enfants de déportés, ceux dont les parents ne sont pas revenus... Nicolas opine du chef. Il entend encore la voix d’Anna. Lilli Page. Il fallait bien un nom d’emprunt. Je me suis appelée ainsi des années durant. A la libération, ce nom m’a pesé. Voyez-vous, mes parents interprétaient Molière, Racine et Jean Giraudoux. S’ils avaient vécu, ils auraient été parfaits chez Anouilh. Alors, découvrir qu’il existait un lieu comme l’hôtel Lutetia et qu’on pouvait venir y... [Lire la suite]
09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Les larmes de Lydiane.

Lydiane. Aix-Marseille. Juillet 1984. Août 1986. Lydiane reçoit toujours des lettres d’Italie et Nicolas a onze ans. Elle n’est jamais retournée à Milan et Gianni se s’est jamais signalé ni à Aix ni à Marseille. Il a fait du chemin, est maintenant universitaire dans toute l’acception du terme et a publié un recueil de nouvelles. Celles-ci, mi érotiques mi fantastiques, ont beaucoup plu en Italie et ont été traduites en français. Il y a aussi un roman dont l’action se situe à Rome dans les années soixante, au moment du... [Lire la suite]
09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Les errances de Lydiane.

Perdue suite à la défection de Gianni, l'homme qu'elle aimait, Lydiane a des aventures. Elle rencontre dans un café, un ex-légionnaire dont elle devient la maîtresse. Il en a d’autres car il est très à cheval sur sa virilité et ses prouesses sexuelles. C’est un amant incandescent et qui la fait vibrer, elle qui, depuis quelques temps, a moins d’aventures. Sergio, cependant, est un type bizarre dont elle devine qu’il peut être violent. Elle le voit beaucoup. Il se dit prêt à la cloîtrer tant elle lui convient sexuellement. Il en... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 décembre 2018

AUTEL DES MORTS Partie 2. Lydiane et Lapierre.

  Trois mois passent et peu à peu la peau de Lydiane retrouve son élasticité. De nouveau, elle se sent jeune. De nouveau, elle est jolie. Finies les zébrures et les boursouflures ainsi que ce tenace sentiment d’être hideuse. Elle a eu sa dose de regards compatissants ou entendus et de remarques hypocrites. Heureuse d’être redevenue comme elle était, elle est cependant confuse. Elle ne comprend pas en effet ce qui lui est arrivé. Etait-ce uniquement somatique, comme l’a suggéré Méral et ses acolytes ? Ignare dans le... [Lire la suite]