C’est une chose étrange à la fin que le monde

Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit

Ces moments de bonheur ces midi d’incendie

La nuit immense et noire aux déchirures blondes

 

Louis Aragon Que la vie en vaut la peine.

Les Yeux et la mémoire, 1954