show_action_P_re_Lachaise1

Si certains cimetières mettent les morts en scène, comme peut le faire à Paris, le cimetière du Père-Lachaise, il n'en va pas de même de tous les lieux où on "garde" les morts.  En France, ce grand cimetière présente de nombreuses tombes très théâtrales où le défunt apparaît jeune et bien vêtu ou encore se livrant à une activité qu'il aimait. En général, celle-ci était artistique puisque beaucoup de musiciens, de dramarturges ou de peintres sont enterrés là. L'idée est que ces morts restent vivants puisqu'à la parade...

Il est autres façons de mettre les morts en scène afin de montrer le lien qu'on a avec eux. Je parle ici tout à la fois d'un lien collectif et /ou individuel. Je citerai deux exemples. Tout d'abord, le peuple toraja, en Indonésie. Les morts sont là, comme accoudés à des rambardes dans des sortes de balcons creusés à flanc de montagne. Ils regardent les vivants...

 

INDONESIE

 

Et ensuite, le Vietnam et ses rites. Les ancêtres présents sous la forme de portraits, sont vénérés. On dirait qu'ils sont toujours là...

ancetres-autel-vietnam

 

L'idée, présente dans le roman, est que les morts, quels qu'ils soient, restent en lien avec ceux qui se tournent vers eux et ceci, quelle qu'ait pu être leur sépulture. La façon la plus traditionnelle de le faire est bien sûr de le vivre au sein d'une famille. Il peut alors s'agir de culte des ancêtres ou de commémorations à caractère familial. L'idée soutenue dans le livre est qu'il peut exister un lieu où des "fidèles" viennent rendre hommage à un "mort inconnu", quelqu'un dont ils ne connaissaient pas l'histoire. Ayant découvert celle-ci, ils se sont découverts des liens avec la personne  morte qui par son exemplarité, les guérit de leurs errements personnels...

 

STATUE FUNERAIRE