chat devin 1

Louise, dont le mariage va mal, a rencontré au Père Lachaise un chat bavard et devin. Il lui prédit l'effondrement de son mari. Doit-elle le croire ou non ?

-Souviens-toi de la première tombe qui a retenu ton attention...

-Rodenbach ?

-Lui-même.

-Il tombe dans le gouffre de la mort...

Cette fois, j'étais atterrée.

-Mais que me dis-tu ? Mon mari...

-Il aime le ski, c'est bien cela...

-Il mourra dans la neige ?

-Il est Savoyard. Il va voir sa famille, n'est-ce pas ? Et il arrive d'emmener des amis avec lui...

-Oui mais il ne va pas forcément les voir l'hiver...

Ce chat m'avertissait de malheurs à venir mais la situation demeurait si irréaliste que je ne parvenais pas à le prendre totalement au sérieux. Il le sentit et me dit :

-Écoute, il y a un moyen d'éviter tout ce drame. Si tu fais ce que je dis, Bruno n'engagera pas cet associé de malheur et n'aura pas la très mauvaise idée d'aller skier avec des mis de jeunesse dans les Alpes. Ce mariage se défera de lui-même mais au moins, vous en serez quittes.

chat devin 2

 

-Que dois-je faire ?

-Te laisser enfermer dans le cimetière. Rester avec moi jusqu'à l'aube.

Je poussai une sorte de hurlement.

-Quoi, passer toute la nuit dans le cimetière du Père Lachaise en février et discuter avec un chat !

-Ta vie en sera modifiée...

Je me levai brusquement. J'étais très agacée. Rien de tout cela ne pouvait être vrai. Me penchant vers le chat, je lui dis cruellement :

-Je ne suis pas cinglée, mimi, et je vais rentrer à l'hôtel. Mon mari va m'y rejoindre.

-Mauvaise idée. Tu ne serais pas à la belle étoile. Il y a des féeries ici, la nuit et tu serais émerveillée, pas effrayée...

-Quoi ? Les morts sortent de leurs tombes et tandis qu'ils dansent, leurs dents s'entrechoquent ? On voit des squelettes partout ? Non, très peu pour moi.

-Louise...

Je hurlai de nouveau.

-Bruno, Louise ! Tu connais nos noms ! Laisse-nous tranquilles, chat de malheur !

Je pris mes cliques et mes claques et sortis le plus vite possible du cimetière. J'évitai de me retourner, craignant d'apercevoir le chat qui se glissait entre les tombes. A l'hôtel, j'étais la première. Je me douchai et me changeai. Bruno me trouva jolie et la soirée au Bataclan fut divine.

La nuit, nous fîmes l'amour. Nos voisins étaient muets.