CHATTTTTTTTTTTT

Louise veut vister tranquillement le Père Lachaise et s'arrêter sur la tombe de Rémi Arbelot. C'est compter sur un chat intrusif...

-Voilà un candidat à l'adoption !

-Mais je n'en veux pas !

-Oh, il a l'air si mignon...

-J'habite loin !

-Achetez un panier et avant, voyez un vétérinaire...

-Il est sauvage !

-Pas du tout, il se frotte à vous !

Il n' y avait pas moyen de s'en sortir ! Pour rassurer tout le monde, je me penchai et caressai la tête du chat. Celui-ci paraissait ravi. Je jetai un coup d’œil autour de moi et fus consternée. Ceux qui avaient admiré avec moi la sculpture de la jeune fille éplorée, s'écartaient déjà et s'en allaient, me faisant de petits signes amicaux. J'allais adopter ce chat ! Ils me montraient leur connivence. J'étais furieuse.

-Tu comptes me poursuivre à travers tout le cimetière ?

-Non, tu en as vu déjà une bonne partie mais si tu t'échappes encore, je te trouverai...

-Es-tu satanique ?

-Moi ? Mais quelle idée !

-En tout cas, tu es ma fatalité aujourd'hui ! Bon, parle puisque tu as des choses à me dire.

-Pas ici. Changeons de tombe. Viens.

Je le suivis, sachant qu'il ne me lâcherait pas. Comme tout à l'heure, j'eus le sentiment que les distances se brouillaient. La tombe vers laquelle il me conduisait était éloignée de celle que je venais de voir mais tout se passa comme si je n'avais qu'à faire trois pas.

Majestueuse et intrigante, elle se tenait là, cette tombe dont le moins qu'on puisse dire et qu'elle créait la surprise. Allongé dans un costume qui le rattachait au milieu du vingtième siècle. Oui, les hommes devaient s'habiller comme ça pendant le seconde guerre, à Paris, quand on était un homme soucieux d'élégance...Eut-il été simplement étendu là, cet homme sculpté, on aurait apprécié sa solennité mais il se mettait en scène de manière telle que la surprise jaillissait. Il tenait entre ses mains le masque du visage de son épouse et celle-ci lui souriait...

gisant-pere-lachaise

-Tu sais de qui il s'agit ?

-Un certain Fernand Arbelot.

-Tu es cultivée, c'est un bonheur ! C'est le sculpteur Wansart qui était à l’œuvre. Cette commande a été livrée en 1942 quand le mystérieux Arbelot est mort.

-Il était mystérieux ?

-Je veux dire par là qu'on ne sait pas grand chose de lui si ne n'est qu'il était acteur et musicien. Il est mort à soixante et un ou soixante deux ans et ce qui reste de lui, c'est cette tombe insolite.

-Il a aimé sa femme jusqu'au bout et dans la mort, il la contemple...

-Remarque qu'elle semble en extase aussi. Belle représentation de l'amour conjugal, n'est-ce pas ?