des fantooooooooooooooooooooomes

 

Une après-midi, Voahangy fait du repassage dans le salon. Je suis dans ma chambre. Je suis toujours enseignante mais ai obtenu de Bertrand de ne plus avoir un service complet. Chloé est au collège maintenant et a besoin d'un bon cadrage. Je suis donc libre pour quelques heures, ce jour là. Voahangy m'appelle et je descends. Elle a entendu frapper au portail extérieur mais le gardien n'a signalé personne. Elle est un peu inquiète. Je la rassure et regagne ma chambre. J'en ai fermé la porte mais la retrouve ouverte. En entrant, je m'arrête suffoquée. Toute droite devant moi, se tient Flore Lesueur et derrière elle son mari, Donatien. L'un et l'autre ont des vêtements défraichis, leurs visages sont très blancs et leurs yeux, pourtant ouverts, reflètent la mort. Je reste interdite. La peur me paralyse. Rien ne se passe cependant et je comprends que ce sont des spectres que mon travail patient a enfin réunis. Donatien tient dans une de ses mains une fiole contenant ce que je devine être du poison. Son visage a l'expression douloureuse de quelqu'un qui, ayant commis un acte horrible, se repent soudain et mesure sa faute. Flore, elle, a un visage pacifié comme si elle avait enfin mesuré son erreur. Elle a malmené un époux au caractère difficile en écrivant ce livre sous un pseudonyme et en prenant un amant. Elle est contrite. Elle comprend enfin sa fin tragique. Tout de même terrorisée, je m'attends à ce que ces apparitions se dissolvent lentement. Ne sont-elles pas venues me libérer ? Elles restent pourtant longuement dans ma chambre et je finis par en sortir en les laissant là.