NUIT ETE

3. Sévices et apprentissages.

Dans la villa provençale où elle est arrivée, Agnès  est heureuse malgrès l'étrange tournure prise par les événements.

On approchait du quatorze juillet et ne l’ayant jamais vu en Provence, je trépignais d’aise. Dans cette région haute en couleur, ce ne pourrait qu’être différent, la Méditerranée influant sur toute manifestation, tout événement, toute personne. C’était ma vision et je m’en ouvris à Matteo que je fis beaucoup rire :

-Et à quoi t’attends-tu ? Il y aura une retraite au flambeau, un feu d’artifice, un bal ou deux, des discours et les mêmes élus qu’ailleurs, sur leur trente et un au départ c’est-à-dire avant leur allocution puis un peu plus décoiffés le soir, repas de fête et vin d’honneur aidant ! En somme, à Bourges, c’était pareil !

-Ça ne se peut pas !

-Mais si, bien sûr ! On ne parle plus provençal par chez nous, tu sais ! Les intellectuels comme toi sont nostalgiques, je sais, mais non, ce sera pareil. Évidemment, il y a des cyprès par chez-nous, des maisons aux toits orange et de petites rues. Toi, ça te plaît le sud. C’est exotique pour toi !

-Comment ça ?

-Comment ça, ma petite dame ? Tu es drôle ! Le sud pour toi, ce sont les vitraux de Chagall dans une belle église, les belles maisons de Picasso, ses tableaux et ses céramiques. Tu n’oublies Cézanne et Van Gogh et tu ne loupes pas Pagnol. Après il y a bien Chanel qui est venu à Grasse, un ou deux autres couturiers qui ont fait parler d’eux , genre Christian Lacroix et ça t’intéresse toujours comme te plaisent les photographes qui exposent à Arles pendant le festival et quelques écrivains régionalistes mais pour le reste, tu es perdue !

-Tu es né à Marseille et Raféu à Manosque et donc, je ne comprends rien …Est-ce cela ?

-Tu es dans ton monde.

-Ça vous a dérangés ?

-Pas du tout. Je constate. Amuse-toi bien à Manosque avant et pendant le feu d’artifice…

-Et on se verra ensuite. Qui viendra d’abord ? Lui ou toi ?

Il me regarda avec circonspection et parut un peu peiné.

-Ne le prends pas mal mais ça confirme ce que je pense. Ils arrivent tous les uns après les autres, les invités de « Monsieur » et ce qui était possible ne l’est plus.