SF 1

Il y a longtemps, l'écrivain Daniel Webster a aidé Niels d'une bien étrange manière. Toujours très épris du danseur, il vient le voir à San Francisco.

Dès le lendemain de son arrivée à San Francisco, Daniel le vit sur scène danser l'Après midi d'un Faune et Le Spectre de la rose. Impossible de ne pas être admiratif même si, dans son cas, la danse classique n'était guère une passion. Impossible également de ne pas être sensible à l'admiration que les autres danseurs lui portaient. Daniel en fut conscient quand il dîna avec bon nombre d'entre eux. De façon singulière, pourtant, Niels était seul...

-Et ce styliste ?

-Il est à New York pour deux semaines. C'était prévu bien avant que je sache que tu venais.

-A New York quand moi, je suis ici. Curieuse coïncidence.

-Oui, c'est vrai.

-Un peu trop curieuse, non ?

-Non.

-Tu peux donc rester avec moi dans ce logement que tu m'as trouvé à Nob hill. Non ?

-Elle est incroyable, cette maison, tu as vu. Hitchcock aurait pu la filmer dans Vertigo...Cette façade jaune et ces grandes fenêtres...On s'attend à voir Kim Novack, tu ne trouves pas ?

-Niels...

-Rester tout le temps avec toi, non. Au fait, tu sais que Justin adore Le Portrait de Dorian Gray ?

-Il a bon goût.

-Et il aime aussi beaucoup Edward aux mains d'argent...Le film et le ballet où j'ai paru...

-Que d'écrans ! Niels, ce sera pourtant oui. Nous avons des liens forts, n'est-ce pas...

-Oui, ils le sont. Tu ...Tu as été...fondamental...

-Alors, tu sais ce que je veux. Tu as beau disparaître pour mieux réapparaître sur internet, et ne jamais aborder certains sujets directement, tu finis tout de même par y faire allusion. Je me trompe ?

-Non.

-Il n'est pas là. Le champ est libre.

-J'habite avec lui.

-Mais il n'est pas là, tu viens de le dire...

-Non, je ne peux pas.

-Tu peux. Tu t'es libéré au maximum pour être avec moi, tu l'as dit toi-même. Quant à être en contact avec lui, vous le faites par téléphone. Que tu sois ici ou là ne changera rien.

Niels s'était débrouillé pour ne pas faire l'amour avec lui à son arrivée, comme s'il avait quelques craintes. Webster se méprit sur cette réserve, pensant que le danseur devait avoir outre son compagnon attitré, de nombreux partenaires de son âge. N'étant plus jeune, il n'était peut-être pas le partenaire que Niels réclamait...En réalité, le danseur s'était lassé d’enchaîner les liaisons rapides et il avait appris à se méfier de la fascination qu'il exerçait sur les autres, des propos énamourés qu'on lui tenait, des cadeaux reçus, des messages enflammés. Tout cela cachait tant de calculs et de déraison ! Il était devenu étrangement chaste. Même sa relation avec Justin était platonique. Ayant trouvé une sorte de stabilité intérieure, il était heureux ainsi.Mais il avait laissé venir Webster et celui-ci voulait son dû. Et quel dû...

-Tu es en train de me dire qu'il y a des mois que tu ne fais plus l'amour...

-Oui. Un peu comme toi...

-Non, pas comme moi, pas du tout.

-Tu ne me dis rien...je pensais...

-Tu penses mal. Pourquoi cette abstinence ?

-Je n'en souffre pas.

-Je n'en crois pas un mot. C'est de l'autoflagellation ?

-Mais non !

-Autoérotisme ?

-De temps en temps...

-Ah tout de même...Ce doit être très beau. Tu le feras pour moi. Je te regarderai.

-Non, je...

-Chaste, toi...Ce n'en sera que plus intense après tout...