Avec ma mère, on ne parlait pas. De toute façon, nous, enfants cachés, nous devions nous estimer contents d’être encore là. On n’avait rien vécu, on n’avait pas été dans un camp de concentration, donc on n’avait rien à dire. Je n’ai jamais parlé avec ma mère de ce que j’ai moi-même vécu. Elle, elle parlait toujours. Mais moi, je n’ai jamais parlé. Elle ne sait même pas ce que j’ai vécu…Je ne lui ai jamais raconté mes petites histoires parce qu’elle n’était pas ouverte à ça.

Extrait 3