Catherine, 54 ans

J'ai perdu ma mère, il y a un mois, d'un cancer fulgurant et douloureux. Fille unique, j'ai vécu sa maladie et son décès avec douleur et une grande colère... un sentiment d'injustice. Elle était en parfaite et santé et tout d'un coup... il a fallu se préparer à une séparation définitive. Elle avait peur de la maladie et de la mort. Je me sens seule au monde et en même temps différente. J'ai la chance d'être entourée de l'amour de mon mari et de mes trois filles que je veux essayer de préserver de mon chagrin, mais c'est difficile de cacher à ses proches son désespoir. Mon travail m'aide également à "penser à autre chose". Par moment, je crois avoir refait surface et puis un souvenir, un objet me rappelle ma mère et je pleure... mes amis et ma famille me disent "courage tu vas en avoir pour un moment à remonter la pente mais le temps t'aidera non pas à oublier mais à diminuer ta peine".