NIAGARA FALLS

 Il y a des gens comme ça, leur ligne de vie est longue leur ligne d'amour est tourmentée et leur ligne de chance littéralement cisaillée. Circulez, y'a rien à voir. Voici les réflexions qu'à vingt ans, à Salt Lake City, se faisait le jeune Daniel Ferguson. Un prénom de prophète, ça c'était sûr et certain, mais une vie...Il n'avait pas choisi d'être le neuvième enfant d'une famille de mormons, d'avoir comme tous les autres un prénom biblique et d'être programmé pour devenir un serviteur du Seigneur zélé dans la prière et bon en affaire. Contrairement à d'autres branches protestantes du christianisme où il ne fleurait pas bon d'aimer le profit, les mormons, eux, ne voyaient aucune contradiction à s'enrichir sous le regard attentif et quelque peu tatillon du Père bien aimé. Son père était actionnaire de Delta Airlines et sa mère de IBM. Ceci dit, il s'agissait d'une famille « normalement aisée » possédant une grande maison avec dix chambres, un quadruple garage et une piscine de dimensions satisfaisantes pour que les après-midis dominicaux fussent agréables en belle saison. Manque de chance pour lui, Daniel Ferguson était un mouton noir. Alors que ses frères et sœurs se confiaient à la divine miséricorde et espéraient en tirer profit et réconfort, il ne croyait à rien. Il était de plus mauvais élève et fainéant sur le plan sportif, faute qui, en Amérique, est rédhibitoire. Aimant faire la grasse matinée tous les jours, renâclant à apprendre, renâclant à prier, Daniel, avait à vingt ans, reçu l'anathème parental : Puisque tu méprises les commandements divins, moleste Jezabel et Sarah, tes deux grandes sœurs, Samuel, Tobie, Luke, Jérémie, Ézéchiel et Zacharie, tes frères et ne respectes pas ton père et ta mère, nous te prions de quitter le domicile familial ! Va tenter ta chance et si tu reviens, c'est que tu auras pris la mesure de tes fautes ! Revenir, ah ben non ! Daniel ne voyait pas son avenir comme ça et du reste, il prit ses jambes à son coup et rejoignit à Chicago, un cousin éloigné de son père, avec lequel il fit un apprentissage de garagiste. De l'Utah, il n'avait pas vu grand chose d’intéressant même s'il reconnaissait que c'était un très bel état aimé des touristes. Chicago et l’Illinois lui plurent bien plus et il se mit, pour une fois, à étudier. Réparer des voitures, ça lui allait bien. Il ne roulait pas sur l'or mais il était autonome et on ne l'embêtait pas. Malheureusement pour lui, il se maria avec une des secrétaires de l'entreprise pour laquelle il travaillait, une certaine Joanna, une rousse au caractère tranchant. Au bout de trois ans, la Belle se rebiffa. Son mari ne la faisait pas vivre sur un assez grand pied et ne s'occupait pas de leur fille, Lillie-Belle. Maligne, elle engagea un bon avocat qui colla tous les torts à Daniel. Tel le pauvre Adam après son embrouille avec Eve et ce serpent à la langue fourchue qui avait tout gâché, se retrouva pauvre et dut s'exiler...