58_OSCARONCHAIR

A deux reprises, il revint encore en catimini et fit ce que déjà, il avait fait. Arriver dans la chambre du malade, s'installer sur un fauteuil, attendre puis se mettre sur son lit et rester là. Le personnel de l'institution, celui du troisième étage surtout, fut stupéfait. Oscar ne choisissait que les chambres des patients les plus malades, ceux qui mourraient dans les vingt-quatre heures et il restait là, ne partant que quand le décès était effectif. C'était incroyablement émouvant et précis, en même temps. Une préscience de la mort que les soignants n'avaient pas...Pour cette raison, Oscar devint peu à peu le pensionnaire le plus inattendu de cette petite unité de soin. En négociation avec Rob, qui pouvait venir le voir, il fut installé dans un petit bureau dont la porte n'était jamais fermée. Il allait et venait à sa guise mais ne se trompait jamais. en vieillissant, il était moins joueur et câlin sans excès. Déterminé, il accomplissait sa tâche avec une imperturbable bonne foi...Selon le docteur Dosa, il faisait des rondes régulières, observant les patients, les reniflant avant de passer son chemin ou de s'installer pour un dernier câlin. Il lui arriva d'accompagner jusqu'à leur ultime demeure des mourants qui, faute de famille, seraient morts tout seul.
Ses prévisions se révélaient jusqu'à si exactes que, dès qu'il se blottissait contre un patient, les soignants contactaient les proches. « Personne ne meurt au troisième étage sans avoir reçu la visite d'Oscar, écrit David Dosa. Sa seule présence au chevet d'un patient est perçue par les médecins et les soignants comme un indicateur quasi certain d'un décès imminent. » Dans cette unité hospitalière; l'attitude d'Oscar est expliquée, dans la mesure du possible, de manière scientifique. Particulièrement affectueux, les chats rassurent les malades atteints d'alzeihmer, dont la démence les coupe du monde rationnel. Il existe bien d'autres pistes pour tenter d'expliquer le comportement de cet incroyable chat. L'une d'elle consiste à dire qu'il a des capacités divinatoires, une autre qu'il est un être compassionnel capable d'entrer en relation avec la personne en fin de vie par des canaux connus de lui-seul...Et bien sûr, d'autres lectures sont possibles.

Toujours fidèle au poste, toujours infaillible depuis quatre ans,  Oscar a été décoré. On lui attribué une plaque pour le remercier de son dévouement et louer  son engagement. Ces mots lui semblent-ils maladroits, à lui ? Recouvrent-ils bien ce qu'il vit et fait? Il est clair que le personnel hospitalier le vénére, le docteur Dosa en tête. Lui, chat venu de nulle part, ne semble pas désireux de quitter l'institution. La mise à la retraite de Rob pourrait peut être le décider mais ce dernier est en pleine forme.

Oscar, le veilleur, le passeur, l'être d'amour et de compassion, aussi...