BIEN CONTRE MAL

Agnès se retrouve dans la villa où elle a fait de bien curieux apprentissages. Elle veut négocier avec des êtres diaboliques qui se joués d'elle mais désormais, elle est forte. 

J'avais beau être nue et vulnérable, une énergie folle m'habitait.

-Kun a été condamné à mort par un tribunal populaire. Il avait tué cinq cent personnes et a reconnu les faits. On l’a pendu ! Et toi, si tu ne m'écoutes pas, il t'arrivera la même chose. On te tuera !

Le jeune homme eut l'air désarçonné mais Fiastre s'interposa.

-Tu es si savante, ma petite putain ! Un vrai livre ! Oui, il a été exécuté et regarde, il l’a battue à plat de couture ta bonne sœur ! Il est mort à trente-trois ans comme Notre Seigneur Jésus lui-même ! Je blasphème, mon cœur ?

-Oui. Maintenant, négocions !

-Dis-moi d'abord comment je vais mourir ! Tu es sûre que c'est avant toi ?

-Vous mourrez de mort violente car tout vous y appelle !

-Soit. Et l'Internationale que nous formons ? Nous sommes hongrois, italiens, cubains, chinois, syriens, brésiliens, américains, japonais …Nous sommes partout. Kun est une de nos déclinaisons et il ne te l'a pas dit, mais il a un site sur internet. Pas pour ces pourritures que tu vois là, non, mais pour recruter des sbires ! Crois-moi, ça se bouscule. Tu t'imagines bien sûr, toi, la femme nue et pas encore tondue que, si tu voulais nous identifier, tu le pourrais. Mais, il existe tant de belles villas, tant d’étés, de touristes chics, de plaisirs divers et de tortures ! Notre imagination est sans limite. Toi, tu as juste voulu parler du mal mais on ne peut pas parler de ce qui est incontrôlable.

Au point où j'en étais, ce genre de discours ne me mortifiait pas. On me laissa avec les autres, qui étaient aussi nue que moi, mais je constatais vite qu'on ne me traitait pas de la même manière. Je n'étais pas autant battue et pas affamée...Il me vint aussi à l'esprit que cette villa perdue, j'en avais parlé aux religieuses rencontrés dans le nord au début de mon odyssée et aussi à sœur Maria. Et il y avait aussi l'ange Peter. Les enquêteurs disposaient d'indices sûrs pour orienter leurs recherches d'autant que j'avais payé par carte bancaire la location de ma voiture et l'hôtel, ce qui permettait de me tracer à Nice. Et puis, il y avait la Providence...Je le sentais, les sbires de la villa n'iraient pas commettre l'impair de me faire disparaître. Une chance existait donc qu'ils me laissent partir...Bien sûr que je pourrais tempêter, parler et les inquiéter mais le temps que l'opinion publique se mobilise, ils auraient déjà réorganisé la villa en lui redonnant son aspect estival et auraient fait disparaître les victimes mais ça ne suffirait pas, j'en étais certaine...

Maintenant ma position, je m'obstinai à restez en bas et me dégradai tant que de force, on me remit en haut. J'avais droit, cette fois, à une chambre tranquille où un médecin s'occupait de mon état tandis qu'une infirmière me nourrissait et m'aider à marcher. Je me remis lentement mais retrouvai peu à peu mon apparence normale et au bout d'un moment, je vis arriver Chantal Larroque-Daubigny et Fiastre. Ils négociaient. Ma disparition ne passait pas inaperçue et des enquêteurs commençaient à se présenter aux portes de la propriété...Ils voulaient négocier. Je n'avais pas la somme énorme qu'ils exigeaient mais je donnais ce que j'avais et il s'avéra que j'en avais bien plus que je pensais. Une fois de plus depuis le début de mes aventures, le surnaturel œuvrait et je pouvais faire face à mes adversaires.