BELLE IMPERIEUSE

Il devait être deux, un homme et une femme. Elle le provoquait pour ces choses de l’amour. Ces feulements qu’elle avait…Il lui répondait, lui. Et vite. On les sentait s’attendre et jouer. Ça m’avait l’air d’être strictement sexuel et je ne dis pas cela de manière péjorative parce que je comprenais. Ma vie sexuelle n'a vraiment été trépidante mais je ne pense pas que mon petit nombre d'expériences ainsi que les relations physiques très convenues que j'ai pu avoir avec Nicolas y soient pour quelque chose. On peut très bien paraître terne et peu audacieux dans le domaine du sexe et en avoir une compréhension intuitive, presque animale. Jolie chatte. Je fais beau con pour toi. Belle queue tendue. Raideur. Tout le monde est humide. Les corps s’ouvrent. Je savais. Oui, je savais.

Tout de même, à côté, les grincements du lit ne cessaient pas, ainsi que les interpellations et les gémissements. Ils faisaient l’amour tout le temps. Si tant est que « tout le temps » soit la nuit. Il y avait les cris et les odeurs. Je les sentais – de l’intérieur- et savais qu’il rejetait beaucoup de foutre et qu’elle n’était pas si humide. C’est comme ça. Ce sont des territoires.

Il y a sommeil et sommeil et certainement, je n’eus pas mon compte. D’où sortaient ces amants insatiables ? On m’avait présenté la maison comme vite. Sans cesse je voulais m’endormir et ne le pouvais, obligée que j’étais d’entendre leurs cris, leurs gémissements et les obscénités qu’ils échangeaient …