23 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Sara, née à Kassa...

3. Alcyon club. Sara Salkahazi était née à Kassa, en Slovaquie, en 1899 et comme moi, elle était née un onze mai. Y avait-il, en Hongrie, cet éclatement d’arbres fruitiers qui avait enchanté mon enfance ? Avait-elle admiré, elle-aussi les pommiers, les cerisiers et les poiriers, qui ne sont jamais aussi beaux qu’en cette saison ? Et si oui, avait-elle comme moi, voulu se précipiter vers eux pour recueillir dans mes mains, les beaux pétales roses ou blancs de leurs fleurs ? Elle avait perdu Léopold Salkahazin, son... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Une grande cause à servir !

Agnès, qui s'est sentie avilie, cherche une grande cause à défendre mais elle en a déjà abandonné plusieurs... Ma médiocrité était une offense à ma grandeur. Moi qui avais toujours répondu à la faiblesse, je devais répondre à la force et cette découverte me stupéfia car elle était limpide. J’avais abandonné Jean et Djamila en Algérie et jeté à la mer les personnages des autres écrits dont j’avais rêvés : les Indonésiens, les Croates, les Afghans, les Libanais. Je ne m’inspirais de personne, tentant de mener à bien mes pâles... [Lire la suite]
22 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Rencontre avec Lila Favart, une Hongroise à Paris.

Je quittai Lille pour revenir à Paris et compris brusquement qu’après cette étape, j’irai en Hongrie. Mince et brune, la jeune cinquantaine, Madame Favart était charmante. Elle était hongroise par sa mère et Artur, son mari l’était aussi. Il était cardiologue, ce qui la ravissait et l’effrayait : -Vous savez, Agnès, il travaille sans arrêt. Ses patients le vénèrent. Moi, je suis un oiseau des îles ! Imaginez donc ! Je passe mon temps à m’occuper de cette association, organisant des concerts, des expositions et des... [Lire la suite]
22 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Une enfant sans peur, une jeune femme en recherche : Sara.

Le lendemain un homme âgé vint faire la lecture des documents que m’avait donné la vieille religieuse en m’en fit lentement la traduction. Pour le reste, à savoir ce qui était déjà traduit, il se dit prêt à guider la lecture. Il s’appelait Gabor Milahy et devait avoir soixante-dix ans environ. -Sara était une enfant active et sans peur. Jeune fille, elle a cherché sa voie. Elle avait le bagage nécessaire pour enseigner dans le primaire, ce qui faisait d’elle une jeune fille éduquée mais elle a voulu se frotter au monde du travail.... [Lire la suite]
22 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Sara Salkahasy : profane, novice puis religieuse...

A Paris, au club Alcyon qui regroupe des Hongrois, Gabor Milahy présente à Agnès, qui s'apprête à partir pour Budapest, le cheminement d'une religieuse avant la guerre. -Sara a eu vingt ans en 1909…Non, ce n’était pas courant. Expliquez-moi pourquoi elle a fait cela. -Il existait des lycées de riches et des instituts où les élèves ne venaient pas de milieux favorisés. Sara a travaillé dans l’un de ses instituts. Elle était proche des jeunes filles à qui elle faisait aimer la littérature hongroise. Ce que ces jeunes filles lui... [Lire la suite]
22 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Gabor et Sara, une figure hongroise.

A L'Alcyon Club, qui rassemble des Hongrois éxilés à Paris, Agnès, qui se prépare à un voyage à Budapest, rencontre Gabor Milahy. Celui-ci lui raconte les périodes troubles traversées par la Hongrie et lui parle de Sara Salkahasy... -Vous n’êtes pas la seule mais si vous souhaitez aller en Hongrie pour servir Sara Salkahazy, il faut bien que vous ayez des connaissances. Comment comprendre son chemin, sinon ? -Un chemin de vie religieuse peut se comprendre ici, en France et partout ailleurs. Mais cette Sara a été si saisie... [Lire la suite]

22 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Agnès, Lila, Artur et le Club Alcyon.

Arrivée à Paris, Agnès, avant son départ pour Budapest, est accueilli par des Hongrois qui sont inscrits au Club Alcyon. Artur et Lila le dirigent. -Le Club Alcyon accueille beaucoup d’hommes comme vous ? -Non, les membres en sont bien plus jeunes. Ils sont nés en France de parents hongrois qui y résidaient déjà. Mais Artur et Lila sont très tournés vers l’histoire de leur pays et se sentent responsables de qui veut en parler. Un témoin du communisme sera aussi bien reçu qu’un jeune auteur qui veut parler de l’empire... [Lire la suite]
21 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Dangers palpables à Paris.

  A Paris, Agnès est hébergée par un couple de hongrois : LiLa et Artur. Ceux ci sont censés la protéger mais beaucoup de forces négatives entourent la jeune femme... La veille de mon départ, j’allai faire quelques courses dans une galerie marchande que Lila m’avait conseillée. Acheter gros pulls d’hiver, bottes et manteau n’y serait pas très onéreux et, attendu que j’allais arriver à Budapest à la fin du mois de septembre, il était préférable de me prémunir. A plusieurs reprises, je sentis sur moi un regard très aigu, celui... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2021

Sœur des Anges. Partie 2. Errances à Paris avant Budapest. L'œil du Malin ?

Derniers achats avant le départ poir Budapest ezt errances au cimetière Montmartre où le Mal rôde... -Agnès, votre départ est imminent. Avez-vous de nouveaux achats à faire ? -Oui. -Dans ce cas, mon épouse vous accompagnera et, si elle ne peut le faire, Gabor le fera ou d’autres membres du club. -A vrai dire, il y a des magasins à Budapest et ce que je n’achète pas maintenant, je pourrai le faire sur place. Faire des achats n’est pas si capital mais je dois encore m’acquitter d’un dû… C’est Lila, désormais, qui me... [Lire la suite]
21 août 2021

Sœur des Anges. Partie 4. Cimetière Montmartre. Enfermement, cauchemars et délivrance.

Prisonnière dans un cimetière parisien car elle a oublié l'heure, Agnès y fait des rêves terrifiants. Pour se préserver, elle utilise un objet magique offert par un personnage pourtant inquiétant... Je compris que je me perdais dans le dédale des tombes. Un malaise soudain me prit et m’obligea à m’arrêter. Je dus m’appuyer sur une tombe pour retrouver mon souffle. L’instant d’après, un souffle de mort m’entourait. C’était- à proprement parler- un nuage glacial qui visait à m’étouffer et de fait, ne sentant plus mes membres, je... [Lire la suite]