AVT_Gitta-Mallasz_3036

 

Gitta Mallasz est née  en 1907 dans une famille austro-hongroise. Son père était officier de l'armée hongroise et sa mère, autrichienne. Très douée pour la natation, Gitta devient championne de dos crawlé à la fin des années 1920. Elle s'intéresse aussi à l'expression corporelle et au dessin. D'ailleurs, elle fréquente l'école des arts décoratifs de Budapest. Elle semble donc se destiner aux arts mais la guerre arrive. 

Pendant ses études, Gitta s'est liée avec Hannah et Joseph Dallos . Hanna et Joseph louent une petite maison dans les environs de Budapest, réduisent leurs activités pour se consacrer à l’essentiel. Gitta et Lili  Straus ( le professeur d'expression corporelle qui a enseigné à Gitta) les rejoignent.
 Gitta réfléchit beaucoup...Elle présente ses réflexions à Hanna, celle-ci avertit que ce n’est plus elle qui parle. Nous sommes le 25 juin 1943. Commence alors la grande aventure des "Dialogues avec l'ange" : dix sept mois d’un enseignement spirituel reçu et transmis par Hanna, qui s’achèvera dans un couvent transformé en atelier de confection militaire pour sauver une centaine de juives et que Gitta a accepté de diriger pour protéger ses amies.Mais en Hongrie en 1944, l’étau nazi se resserre. Joseph est déporté, le 3 juin, Hanna et Lili partiront le 2 décembre à Ravensbrück. Ils ne reviendront pas. Gitta se retrouve seule, désespérée, avec les petits cahiers de moleskine noire où sont transcrits les Dialogues.

Après la terreur allemande, la tyrannie russe. Gitta Mallasz devient costumière et interprète du ballet National de Hongrie.

En 1960, elle "choisit la liberté" et s'installe en France. Afin que sa famille ne soit pas persécutée, elle contracte un mariage blanc qui deviendra un mariage d’amour avec Laci Walder, un juif communiste, ancien des Brigades internationales. Avec son mari, Hélène Boyer et de nombreux amis, elle s’attelle alors à sa tâche: la traduction des Dialogues.

La publication tarde. Mais en juin 1983 une invitation pour une conférence au C.G. Jung Institute de Zurich fait déclic : dès lors, Gitta Mallasz consacrera le reste de sa vie à commenter les "Dialogues avec l'ange". Elle vivra ses dernières années paisiblement, écrivant ses derniers livres, restituant dans la joie l’enseignement de l’ange. 

Dans le roman "Soeur des Anges", Agnès Donnelle qui est captivée par la figure de Sara Salkahazi se rapproche d'autres hommes et femmes que la guerre a frappés de plein fouet et qui sont devenus des Justes. Mais la trajectoire de Gitta Mallasz est trop différente de celle de Sara. Agnès se contente donc de la lire et d'être impressionnée par l'aura de cette femme. 

Elle se concentre sur Sara, figure du sacrifice...